Archives du mot-clé solaire

La route connectée, la route du futur

La route du future dite de 5e génération (R5G) ne sera plus un simple lien d’un point A à un point B.

Cette dernière a évoluée au fil des années avec des procédés visant la sécurité comme les chaussées drainantes et l’environnement direct avec les chaussées offrant une réduction de niveau sonore en autre, mais aucun lien vers une autre activité, aucun suivi n’était possible.

Son futur ne sera plus statique mais connecté vers l’information, l’environnement, la sécurité, la gestion et le bien-être de l’utilisateur.

Des projets initiés par le ministre des transports Frédéric Cuvillier(1) ont déjà vu le jour en 2016 avec une expérimentation concernant 3 000 véhicules intelligents sur cinq sites (2), qui rouleront sur plus de 2 000 kilomètres de routes connectées équipées de bornes Wi-Fi.

C’est une Volonté européenne qui veut « des voitures connectées sur les routes européennes dès 2019 (3)» comme le prévoit Violeta Bulc, Commissaire européenne aux transports, dans sa feuille de route pour le développement des systèmes de transports intelligents et coopératifs en Europe.

prototype

Un prototype de route intelligente est à l’étude à Marne-la-Vallée (77). (IFSTTAR)*

La route connectée aura comme ambition de :

  • Réduire les accidents avec la voiture autonome (4) équipée de ses capteurs LIDAR* permettant la modélisation de son environnement proche en 3D
  • Réduire les consommations énergétiques des véhicules et le rejet des gaz à effet de serre, en optimisant la gestion du trafic, afin d’avoir des durées de trajet moins longues.
  • Renforcer la sécurité en informant des modifications, travaux ou accidents en temps réel. Les situations routières stressantes pour les usagers pourront ainsi être évitées.
  • De recharger les véhicules électriques en circulant sur la voie spécifique à cet effet. Wattway(5)
  • De produire de l’énergie. (6) Selon l’ADEME*, un seul kilomètre de route ainsi équipée suffirait à éclairer une ville de 5 000 habitants
  • Donner une meilleure visibilité de la route sans avoir recours à un éclairage traditionnel par lampadaires. Des bandes banches qui s’illuminent la nuit en ayant absorbé l’énergie solaire le jour. Projet européen « Glowing Lines » (7)
  • D’auto-diagnostiquer la chaussée, augmentant ainsi la sécurité et la rentabilité des activités de maintenance. Aujourd’hui, seules des inspections régulières permettent de détecter des anomalies nécessitant réparation.
  • permettre une anticipation des coûts et réduction des temps de travaux (Chaussée démontable avec accès direct aux réseaux).
  • Développer le co-voiturage et autres moyens de transport pour réduire le nombre de voitures, et donc réaffecter des zones piétonnes et végétalisés pour un meilleur cadre de vie.

Toutes ces ambitions donneront naissances à des objets connectés, des processus ayant comme valeur ajouté de l’information, de la coordination, de la coopération, de l’anticipation de problèmes, de gestion du cycle de vie et de sécurité.

Tous ces points ne se retrouvent t’ils pas actuellement dans un mode projet BIM ?

*IFSTTAR : Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux.

*LIDAR : laser detection and ranging

* ADEME : l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Sources

Share Button

BIM : un outil pour perfectionner l’étude solaire d’un projet

BIM est entrain de devenir un logiciel incontournable dans la création de bâtiments durables. Une des raisons principales, c’est la précision et la simplicité de l’étude solaire et énergétique que BIM peut fournir.
Pour les architectes c’est l’opportunité d’adopter un processus de création itératif très efficace où ils peuvent connaitre et maîtriser de nombreuses informations et ainsi faire les bons choix en vue d’améliorer la performance énergétique du projet.

Facilite le dialogue architecte/ client
La communication entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage est simplifiée et plus réactive. En effet, si le client suggère un changement, l’architecte peut alors facilement, montrer les effets qui en découlent et qui vont modifier la durabilité du projet. Par exemple, si le client veut supprimer certains éléments en façade, l’éclairement naturel n’est plus le même, on utilisera plus de la lumière artificielle et on augmentera la consommation d’énergie. La simulation des changements d’éclairements et leur impact sur la consommation énergétique du bâtiment et sa durabilité, a été grandement accélérée grâce au logiciel BIM. Des études auparavant menées sur plusieurs semaines ne prennent plus que quelques jours maintenant.

Développe la créativité
Si dans l’analyse solaire du bâtiment, BIM permet d’améliorer le processus de communication avec les membres d’une équipe, il aide aussi à développer la créativité en passant moins de temps à traiter manuellement des données. Plus de temps peut être investi dans création à purement parler du bâtiment. Grâce à l’outil BIM, le travail de la lumière devient une expérimentation où toutes les solutions sont envisagées. Alors que les architectes commencent à essayer des solutions, de nouvelles idées surgissent, ils peuvent ainsi expérimenter tout en ayant les résultats immédiats de ce qui marche ou non. Cela peut générer une émulation au sein de l’équipe de création où chacun ajoute de nouvelles idées à l’ensemble.

Vers la maison passive
BIM contribue également à créer des maisons passives. Voici un exemple qui illustre très bien cette tendance : le Grange Insurance Aubudon Center à Colombus qui a ouvert en 2009. L’équipe a utilisé BIM pour aider à orienter le bâtiment selon l’axe Est-Ouest qui maximise l’exposition solaire. Le groupe a crée des maquettes numériques pour étudier comment les différents angles des rayons solaires affectent le chauffage ainsi que l’éclairement naturel du bâtiment. Cela a permis à l’équipe de créer des persiennes et des débords de toits adaptés en conséquence.

La rénovation
La vitesse des analyses solaires que BIM permet à également été bénéfique pour la rénovation de projets. Ainsi, sur des bâtiments déjà existants on peut voir rapidement si, oui ou non, il est avantageux de refaire un éclairage qui inclut des capteurs de lumière naturelle. On peut ainsi, valider ce genre de décisions auprès des propriétaires et leur expliquer les avantages de ce genre d’intervention.

Share Button