Archives du mot-clé produits

Objets BIM et catalogues industriels de produits de construction

La maquette numérique est l’outil central du développement d’une démarche de projet BIM. Cette maquette est d’abord un assemblage d’éléments 3D virtuels décrivant les éléments mis en œuvre dans la construction. Elle est rendue intelligente, et c’est ce qui en fait sa force, par la façon dont chacun des éléments est connecté aux autres et surtout par les informations contenues dans les objets et partagées par les acteurs de la construction qui auront besoin de les utiliser. Ainsi, les composants sont organisés dans une base de données structurée qui doit permettre l’interopérabilité entre les différents métiers impliqués dans le cycle de vie du bâtiment, la notion d’interopérabilité étant essentielle à l’approche BIM.

Qu’est-ce qu’un objet BIM ?
Un objet BIM comporte les informations de CAO (forme, géométrie, propriétés, visuelles) de l’objet de construction qu’il représente. Il intègre en plus une sémantique fonction du rôle de l’objet dans l’ouvrage et des propriétés et informations métier liées au produit utilisé : paramètres techniques (thermique, acoustique…), coûts, dimensions, marque, logo… voire des informations de montage, d’utilisation ou d’entretien. L’objet BIM peut être représentatif d’un objet réel, fabriqué par un industriel et disponible sur le marché. Il peut aussi être générique ; le Pôle Innovations Constructives en propose la définition suivante : « objet général pouvant générer différents types d’objets enrichis d’exigences fonctionnelles et/ou programmatiques et/ou paramétriques (techniques, géométriques, esthétiques…) » Pour répondre aux exigences de la loi MOP, l’utilisation d’objets génériques est incontournable.

La granulométrie des informations contenues dans l’objet BIM comme le niveau de détail de sa représentation géométrique varient au cours des phases du projet, de la conception à la mise en œuvre, voire à l’exploitation. Les industriels ont un rôle clé à jouer dans l’essor du BIM en mettant largement à disposition des utilisateurs des informations produits numériques, qui soient fiables et homogénéisées pour permettre l’interopérablité. C’est d’autant plus leur intérêt qu’ils peuvent y trouver un levier de prescription pour leurs produits.

Ou trouver les objets BIM ?
Le web offre aux concepteurs une offre pléthorique d’objets BIM, parfois directement sur le site des industriels qui ont entamé une démarche de création e-catalogue, ou le plus souvent sur des portails ou plate-formes telles que BimObject, Polantis, Bimservice)… Il s’agit d’éditeurs proposant aux industriels soit une prestation complète de création des objets, soit un service d’hébergement lorsque l’industriel dispose des compétences en interne pour réaliser ses propres objets BIM. Pour un industriel, la présence sur ce type de portail contribue à accroitre grandement sa visibilité, en complément de son propre site internet. Pour les utilisateurs, le téléchargement est gratuit. En terme de formats, les offres sont variables, mais comme on peut s’y attendre, les objets au format Revit sont très largement répandus, et même plus que ceux disponibles au format IFC. Enfin, il existe quelques plug-in permettent d’accéder aux bibliothèques d’objets directement depuis le logiciel de modélisation. Mais, ce qui fait encore trop souvent défaut, ce sont les informations de données techniques qui doivent aller de pair avec la représentation géométrique de l’objet, ou quand elles existent, l’absence d’harmonisation et d’homogénéisation dans la façon dont elles sont organisées. Chaque plateforme propose ses propres critères de recherche pour sélectionner les objets. La classification d’un portail à l’autre n’est pas identique, ce qui rend difficile la comparaison entre les produits et obère le degré de confiance à accorder aux objets.
DatBim est un des seuls éditeurs qui se démarque par une approche complètement orientée « données ». Les fichiers d’objets mis à disposition ne contiennent pas de représentation 3D, mais uniquement des données géométriques et techniques, dans un format adapté, qui vont venir enrichir un objet générique de la maquette numérique au travers d’un langage d’échanges : l’opendthx. Si la démarche est intéressante car entièrement focalisée sur la donnée, elle peut être aussi très déconcertante pour l’utilisateur qui ne « voit » pas l’objet.

La norme PPBIM :
L’interopérabilité passe par une méthodologie commune de description et de gestion des propriétés des produits et systèmes. C’est à partir de ce constat que l’AIMCC a engagé une démarche avec l’AFNOR pour travailler à la norme dite PPBIM. Cette norme, qui est actuellement en phase d’expérimentation dans le cadre du PTNB, permettra d’établir de façon consensuelle un dictionnaire des propriétés de produits qui servira de référentiel harmonisé pour la structuration et la numérisation des données produits. Le dictionnaire viendra compléter le standard IFC qui est utilisé pour décrire la façon dont le bâtiment est structuré et organisé et qui permet l’échange de données entre logiciels BIM, mais qui n’est pas suffisant pour décrire de façon cohérente les produits et leurs propriétés.

Webographie :
www.objectif-bim.com/
www.nationalbimlibrary.com/
www.lemoniteur.fr/article/les-objets-bim-des-industriels-sont-ils-operationnels-28613803
www.aimcc.org/
www.edibatec.com/
www.pole-innovations-constructives.com
www.youtube.com/watch?v=pDDuvsN2lmc (BIM Café – Les industriels et les catalogues BIM – Batimat 2015)

Share Button