Archives du mot-clé Plan Bâtiment Durable

Le BIM au service de la transition énergétique

Le BIM, que l’on peut traduire par Bâtiment et Informations Modélisées, est en passe de devenir un enjeu majeur dans la conception des bâtiments, notamment en tant que solution à des problématiques actuelles comme la notion de bâtiment durable et d’efficacité énergétique.

En effet, lors de la Conférence Environnementale, réalisée en septembre 2012,  l’efficacité énergétique des bâtiments a été confirmée comme l’une des priorités du quinquennat. C’est dans ce contexte  qu’un groupe de travail a été missionné par le président du Plan Bâtiment Durable, Philippe Pelletier, pour conduire une étude sur la manière de réformer le milieu du bâtiment, à la fois dans les phases de conception, de réalisation et d’exploitation, grâce à l’utilisation de la maquette numérique.

La réforme du secteur du bâtiment se fait actuellement sous une multitude de facettes : à la fois une transition énergétique et écologique qui se met en place, englobant aussi les enjeux des coûts dus aux erreurs de conception, au non-respect des réglementations, à la perte de temps due à une perte des données déjà acquises. C’est aussi le rapport des futurs acquéreurs aux qualités de leur logement qui se modifie, ces acquéreurs étant de plus en plus exigeants car devant eux-mêmes payer le prix d’un bâtiment peu efficace énergétiquement.  Enfin dans l’exploitation même du bâtiment, son entretien, la réduction des coûts d’exploitation est une question prise en compte maintenant dès la conception. Tous ces changements font intervenir des acteurs variés qui ont besoin de travailler dans une collaboration beaucoup plus étroite et sur des données communes.

Or  comme cela est mis en avant dans le rapport rendu par le groupe d’étude, le BIM est à la fois un « logiciel-outil », un « processus collaboratif » auquel on peut associer un « format informatique d’échange de données », une base de données sur le bâtiment et une « méthode d’analyse » voir de management. Il permet de contenir l’ensemble des informations existantes et nécessaires sur un  bâtiment. Et la clef de cette utilisation du BIM comme révolution du secteur est la mise à jour continue de cette base de données, permettant de supprimer ces pertes d’informations, à la fois par chacun des acteurs et au moment des passations entre les différents acteurs, engendrant des surcouts pour chacun d’eux.

Comme exemple, aujourd’hui il arrive très souvent que les équipements installés dans un bâtiment ne soient pas utilisés de manière optimale comme calculé lors des études, pour la gestion énergétique notamment. Cette mauvaise utilisation est due au fait que les informations ne sont  pas passées à l’acquéreur, et engendre à la fois des surcoûts et une perte de la qualité du bâtiment. Or le BIM traite chaque composant comme un objet auquel sont associées toutes ces caractéristiques. Il est alors possible pour l’exploitant d’avoir accès aux données expliquant la meilleure  utilisation de chaque élément du bâtiment. Il peut aussi anticiper la durée de vie de chaque élément et mieux gérer l’exploitation du bâtiment. Tous ces éléments permettent une gestion efficace tout au long de la vie du bâtiment, rentrant dans une véritable logique de développement durable.

Share Button

BIM, au service du développement durable

BIM, au service du développement durable

L’intégration complète des notions de développement durable dans le secteur du bâtiment n’a jamais semblé aussi proche. Les espoirs se portent vers le logiciel de modélisation BIM qui montre déjà un potentiel unique en termes d’uniformisation des informations, d’interactivité des acteurs et de rapidité d’exécution dans la conception et l’exploitation d’un projet de construction. Mais est-il également capable de révolutionner l’efficacité énergétique d’un bâtiment?

A l’été 2013, Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable, lançait un groupe de travail « BIM et gestion du patrimoine ». Ces réunions visaient à permettre au logiciel BIM de devenir un outil innovant au service du développement durable et de permettre la démocratisation de son utilisation, encore inconnue pour certains. De ce groupe de travail est né l’idée d’une mise en place d’une « carte vitale du bâtiment », qui rassemblerait l’ensemble des informations utiles concernant un bâtiment et ce sous la forme d’un document numérique unique.Carte vitale du Bâtime

Cette carte sera active en 2017 et contiendra les documents administratifs (permis de construire, etc..) et les documents techniques du bâtiment tels que les études de sols, de pollution, thermique et acoustique. Il faudra également qu’elle permette l’accès aux plans de conception et aux coordonnées de l’ensemble des équipes de construction ayant opéré sur le bâtiment. Cette liste de documents étant non exhaustive, cet outil numérique devra comprendre le plus grand nombre d’informations utiles du bâtiment. L’objectif de cette « carte vitale » est de permettre aux utilisateurs d’un ouvrage d’obtenir plus rapidement les renseignements concernant les équipements des différents lots d’un bâtiment ou les données relatives à la structure et implantation du bâtiment. Ceux-ci pourront alors plus facilement agir lorsqu’ils auront par exemple à remplacer des équipements du logement ou lorsqu’ils voudront apporter des modifications sur la structure du bâtiment. En cas de changement de propriétaire, cette nouvelle mesure imposera alors aux anciens utilisateurs d’intégrer l’ensemble des modifications effectuées sur le bâti afin de permettre aux nouveaux utilisateurs d’obtenir une carte vitale entièrement mise à jour.

Ce nouveau style de gestion de vie d’un bâtiment est un moyen d’optimiser la transition énergétique et écologique dans le secteur de la construction. Cette « carte vitale » s’inscrit dans un mouvement de simplification de la prise en charge d’un logement grâce à l’utilisation des outils numériques tels que le logiciel de modélisation BIM. Celui-ci est d’ailleurs déjà en lien étroit avec le développement durable. Grâce à ses capacités d’analyses (planification, gestion des déchets, analyse thermique..), il permet la réduction des consommations énergétiques d’un bâtiment. Cette « carte vitale » représentera ainsi une plus-value dans la relation du BIM avec le développement durable.

Mots clés: BIM, développement durable, plan bâtiment durable, « carte vitale »

Share Button