Archives du mot-clé modèle dynamique

ZOOM – le BIM en France : Interview exclusive

Vous êtes un acteur de la construction ou simplement attentif à l’actualité dans ce domaine ? Alors le concept de BIM (Building Information Modeling) ne vous est certainement pas complètement étranger. Mais que savez-vous exactement du BIM ? Aujourd’hui, le célèbre expert en la matière, Edouard SANCHEZ, accepte de répondre pour vous à toutes nos questions…


Diplômé de l’ESTP (l’École Spéciale des Travaux Publics), Edouard SANCHEZ a d’abord participé à la construction du chantier du Nouveau Forum des Halles qui compte sur le BIM pour l’assistance au pilotage et à la gestion des interfaces. Il est ensuite intervenu sur divers projets d’aménagement urbain en région parisienne qui intégraient cette même technologie pour faire face aux multiples difficultés des différentes phases, de la conception à la réalisation puis l’exploitation. Il est aujourd’hui devenu une référence reconnue dans le domaine.


Qu’est-ce que le BIM ?

E.S. : « Le BIM est simplement la synthèse d’un projet. Un outil numérique dynamique permettant la visualisation et la modification d’une multitude de paramètres d’un bâtiment, du ferraillage de la structure au coût des luminaires en passant par la consommation énergétique… »

Par qui est-il utilisé ?

E.S. : « Tous les acteurs d’un projet de construction ont intérêt à utiliser le BIM. En effet, il suffit de quelques heures passées sur un chantier pour se rendre compte de la complexité des interfaces et des retards que cela peut entrainer : Le Génie Civil a omis une réservation et l’électricien n’est maintenant plus capable de passer sa gaine…Des problèmes qui peuvent être évités à condition de travailler sur un seul et même outil regroupant l’ensemble des données. »

C’est donc un outil pour la conception ?

E.S. : « Oui, mais pas uniquement ! Le BIM couvre l’intégralité du cycle de vie d’un bâtiment, depuis sa réalisation jusqu’à son exploitation et parfois même jusqu’à sa déconstruction. »

Existe-t-il des avantages autres que techniques à cet outil ?

E.S. : « Les bénéfices de l’utilisation du BIM sont en lien direct avec la technique. Cependant, il existe bien d’autres avantages attribués à cet outil. Les économies de délais et d’argent rendues possibles sont significatives. Il y a donc un avantage financier certain, mais cela peut également devenir un avantage concurrentiel : la maîtrise d’ouvrage saura qu’un candidat proposant l’intégration du BIM dans son projet sera plus à même de maîtriser les délais de livraison et les coûts réellement engagés. »

Dans ce cas, pourquoi l’utilisation du BIM reste-t-elle si limitée ?

E.S. : « Il est vrai qu’en comparaison avec nos voisins hollandais et anglo-saxons, la France accuse un certain retard en matière de développement du BIM. Celui-ci tend toutefois à diminuer étant donné les nouvelles directives européennes qui essayent d’inciter à la création de livrables numériques. Le coût élevé d’acquisition et d’utilisation d’un logiciel de BIM par une main d’œuvre qualifiée reste un obstacle solide aujourd’hui, mais qui doit être mis en rapport avec les économies induites par cette même technologie. »

Quel futur à l’horizon pour le BIM ?

E.S. : « Progressivement, les maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre mais aussi les entreprises générales comprennent de mieux en mieux les intérêts que représentent pour eux le BIM. Nous pouvons donc nous attendre à une systématisation de l’utilisation du BIM sur les projets, surtout si le cadre réglementaire vient à le favoriser voire le rendre obligatoire. De plus, de nouvelles utilisations deviennent possibles, notamment celles liées au Smart Grid et au Big Data. Bref, vous n’avez pas fini d’entendre parler du BIM ! »

Share Button

Le BIM, une nouvelle manière de construire

– Retour sur la méthode qui a relégué aux archives l’époque des plans papiers

De l’arrivée de l’Informatique dans le bâtiment à la naissance du BIM

Le premier pas sur la route vers le BIM est posé par le Professeur G. Nemetschek qui, en 1963, fonde un bureau d’études entièrement dédié à la conception d’un modèle de bâtiment virtuel. Premier à utiliser l’outil informatique pour la construction, ses recherches étaient initialement destinées à un usage interne.

En 1987, après des années d’expérimentation, son entreprise lance le 1er logiciel de conception 3D : ArchiCad d’Autodesk. Le BIM est né.

Un outil devenu quotidien

Depuis 1987, avec le développement de l’outil informatique, l’utilisation des plans 3D s’est démocratisée jusqu’à devenir incontournable et d’utilisation quotidienne dans les bureaux d’études. Les ordinateurs ont aujourd’hui une puissance permettant une manipulation fluide et intuitive, ce qui a facilité l’acceptation de cette révolution au sein des entreprises.

Cet outil est devenu si indispensable aux professionnels du bâtiment que l’apprentissage de son maniement fait désormais partie intégrante du cursus des élèves ingénieurs en Génie Civil ainsi que des élèves architectes. A l’ESTP notamment, les étudiants sont formés à l’utilisation de ces logiciels souvent complexes tels qu’AutoCAD 3D et Allplan. Si cette compétence permet aux élèves de gagner du temps dans la réalisation de leurs projets étudiants, ce gain est exponentiel dans la vie professionnelle.

Aujourd’hui, le BIM tend à devenir une exigence courante lors des appels d’offres, confirmant son importance grandissante.


Le BIM au-delà des bureaux d’études – perspectives d’avenir

Si le BIM de par les informations techniques qu’il génère sur le bâtiment est un outil ayant transfiguré la manière de concevoir un projet, il s’est détaché de sa contingence statique pour devenir une véritable mine de données en passant du 3D à un 5D intégrant temps et coûts aux contraintes spatiales.

La potentialisation ainsi opérée de ses possibilités a transformé le BIM en base de données librement accessible aux acteurs – nombreux – intervenant sur le projet à chacune de ses étapes. Mettre les informations à disposition de chacun constitue une avancée majeure en ce qu’elle permet de créer un modèle dynamique du bâtiment réduisant les erreurs, évitant la répétition d’une même investigation par des acteurs différents et facilitant leur communication. Des études du CSTB confirment ce potentiel de gestionnaire d’informations sans précédents dans le domaine de la construction.

Cette nouvelle dimension du BIM ouvre des perspectives quant à ses futures utilisations pratiques. Il y a fort à prévoir que le BIM fera bientôt partie intégrante des outils utilisés sur le terrain au cœur même de la réalisation du projet. L’utilisation des tablettes portatives est déjà d’actualité lors des levées de réserves, permettant la communication à tous les intervenants des anomalies retrouvées lors de l’inspection. On peut imaginer pour l’avenir, la généralisation des tablettes électroniques pour suivre, en temps réel, l’avancée des travaux et la conformité de la réalisation à l’aide de scans des différentes parties du bâtiment en construction, assurant ainsi un lien direct entre bureaux d’études et réalité du chantier.

Nous sommes aujourd’hui à l’aube d’une mutation profonde de l’idéologie au cœur de la construction.

Share Button