Archives du mot-clé génération

Le BIM: un outil visant tous les acteurs du BTP

Le BIM, (Building Information Modeling), apparu dès le 21ème siècle sous plusieurs formes, est incontestablement aujourd’hui en passe de devenir une révolution pour le monde du Bâtiment et des Travaux Publics. Mais le conflit de génération très présent, que connait la société, semble constituer un certain frein à son développement. Il est clair que la nouvelle génération (dite « génération Y »), de par sa familiarisation avec les outils numériques, se verra de plus en plus confrontée au BIM, qu’elle le veuille ou non, et ce dans tous les métiers de la construction et dans toutes les phases de la construction : de la conception à l’exploitation.
En effet, la Maîtrise d’OEuvre en est la première concernée, dès les phases de faisabilité et de conception. Le BIM lui permet de traduire clairement le besoin du Maître d’Ouvrage de façon concrète et réaliste. Par ailleurs, cet outil peut être utile au Maître d’OEuvre en interne, notamment en familiarisant les relations entre ingénieurs et architectes, mais également en permettant de coordonner les différents bureaux d’études structures lorsqu’il y en a plusieurs. Cela fut le cas pour la Fondation Louis Vuitton à Paris, où le BIM fut plus que nécessaire. Un tel ouvrage peut voir le jour uniquement grâce au BIM, sans lequel les calculs restent trop complexes. (C’est le cas des deux autres ouvrages illustrés ci-dessous : Musée Guggenehim et Musée Confluence de Lyon). Le dimensionnement au vent de la Fondation Louis Vuitton a par exemple été permis par l’intermédiaire de calculs aux éléments finis, avec une maquette munie de capteurs.
Dans un second temps, les entreprises de Travaux sont tout autant concernées par le BIM. Tout d’abord, dès les phases d’appels d’offres, dans la mesure où cet outil peut leur permettre de prendre facilement connaissance du projet. De plus, pour répondre à l’appel d’offre, le BIM est clairement utile aux ingénieurs méthodes afin de réaliser les phasages de chantier ou les plans d’installations de chantier. Les calculs aux éléments finis peuvent également permettre de dimensionner les structures en cours de montage lors du phasage (par exemple pour le lançage d’un pont). Puis, en phase travaux, le BIM peut aider les ouvriers et exécutants à mieux identifier les tâches à réaliser (cela peut par exemple se faire via des tablettes, plutôt que d’utiliser des plans 2D souvent complexes).
Enfin, en phase d’exploitation pour le Maître d’Ouvrage par exemple, le BIM peut être utile durant toute la vie d’une construction : aussi bien pour la maintenance que pour toute réhabilitation éventuelle future.
Ainsi, même si le BIM semble nécessaire et utile à tous les acteurs du BTP (en passant par toutes les classes sociales), et améliore le dialogue entre les intervenants, on remarque une certaine contradiction avec le conflit de génération d’aujourd’hui qui nuit à son développement. Par ailleurs, bien que les Eurocodes aient pu encourager le travail entre les différents pays, il n’existe pas encore assez d’universalité des logiciels de calculs entre un pays et un autre.

Share Button