Archives du mot-clé entrepreneur

Le BIM, un outil et un lien pour les trois partenaires du contrat.

Le BIM, un outil et un lien pour les trois partenaires du contrat.

1)    L’outil pour le maître d’œuvre

Le BIM permet au maître d’œuvre de simplifier ses problématiques pour les projets complexes. En effet, lors d’une étude, les problèmes ne se posent généralement pas au sein d’un module à dimensionner mais aux interfaces. Il est compliqué de dimensionner parallèlement des éléments en interaction, et c’est pourtant primordial pour respecter les délais d’étude souvent serrés.

Avec l’outil BIM, les ingénieurs d’étude des différents corps d’états (structure acier, structure béton armé, électricité, ventilation, plomberie etc…) peuvent mettre en commun leurs différents travaux dans un même outil. Cet outil pour rassembler les différentes pièces d’un puzzle complexe permet de mettre en évidence les interférences et les problèmes aux interfaces. Ces problèmes de liaison et d’interférence se révèlent malheureusement souvent lors de la phase d’exécution. Le BIM est donc un bon moyen pour le maître d’œuvre de se prévenir contre d’éventuelles erreurs, notamment lorsque les études sont séparées entre plusieurs bureaux d’études spécialisés, comme c’est souvent le cas sur les chantiers de grande ampleur.

2)    L’outil pour l’entrepreneur

Sur certains chantiers compliqués techniquement et de grandes tailles la conception et la réalisation sont confiées à la même entreprise. Dans ce cas les avantages du BIM pour l’entrepreneur sont sensiblement les mêmes que ceux pour le maitre d’œuvre explicités précédemment.

Les entreprises générales font appel aux sous-traitants pour des travaux de plus en plus importants et de plus en plus nombreux. La maquette numérique réalisée grâce au BIM permet à l’entreprise générale de présenter les travaux à effectuer mais aussi d’identifier et d’anticiper les problèmes aux interfaces entre les sous-traitants. En effet, la maquette 3D permet de mieux appréhender les problématiques d’enchaînement des tâches et de gêne entre les différents acteurs. Il peut donc être un outil pour envisager la sécurité globale du chantier puisque le facteur risque augmente lorsque le nombre d’intervenants différents augmente

3)    L’outil pour le maître d’ouvrage

Pour le maître d’ouvrage, le BIM est principalement un outil de communication et de décision. En effet, il lui permet de visualiser des différentes solutions et de choisir celle qui lui convient le mieux. Dans le cas de la construction ou de la rénovation d’appartements particuliers, le BIM permet de réaliser des visites virtuelles. Ces visites remplacent avantageusement la  réalisation de logements témoins qui sont couteux à mettre en place.

Cet outil permet  aussi au maître d’ouvrage de vérifier que le projet qu’il a commandé répond bien à l’utilisation qu’il souhaite en faire, notamment en réalisant une simulation de la future utilisation (mise en place des machines, du mobilier etc…). Cette simulation permet d’anticiper les différents problèmes qui pourraient être rencontrés lors de la vie et l’utilisation de l’ouvrage, et ainsi de trouver la solution qui répond au mieux à ses attentes et à ses besoins.

Pour conclure, le BIM est également entre les trois parties un moyen de communication puisque il sert de support visuel commun pour expliquer ou débattre.

Share Button

Le BIM, un lien entre conception, construction et exploitation d’un bâtiment

Après la livraison d’un bâtiment, les entités exploitant le bâtiment comme le propriétaire ou même l’assureur n’ont généralement pas accès aux informations du concepteur et du constructeur en phase travaux, ce qui empêche l’utilisation optimale de ce bien. La technologie Building Information Model remédie à cela en compilant toutes les données structurelles et les caractéristiques intrinsèques du bâtiment à travers des modèles en deux ou trois dimensions tout au long de sa vie. Le but étant d’optimiser, de maîtriser les coûts et d’avoir accès facilement à toutes les informations pour tous les acteurs et à toutes les étapes du projet.

En phase amont du projet, le maître d’ouvrage peut vérifier si le projet est faisable financièrement et si il respectera les délais impartis. En réalisant une représentation virtuelle du projet, le maître d’ouvrage peut, en temps réel, appréhender les modifications de conception sur les coûts et acquiert une meilleure connaissance du projet ce qui s’en ressent sur les relations aves les différents intervenants sur le chantier.

Cet outil permet également pour le bureau d’étude et l’architecte de simuler les performances énergétiques, d’anticiper les variations sur les coûts et les quantités des matériaux en cas de modification et de vérifier le projet avec les normes en vigueur. Ils sont donc plus aptes à visualiser et corriger la conception en accord avec les besoins du client.

Durant la phase travaux, l’entrepreneur et les fabricants peuvent insérer les écarts entre le modèle de l’étude et sa mise en place sur le chantier. Ainsi il est possible de visualiser l’influence de ces écarts et d’être réactifs. De plus, la précision des modèles permet de simplifier et optimiser les commandes et les livraisons de produits entre l’entrepreneur et son fabricant.

Après la livraison du bien aux gestionnaires, ceux-ci ont accès aux données du bâtiment et peuvent les prendre en compte lors de son exploitation dans le but de tirer profit au maximum de la conception du bâtiment par exemple sa performance énergétique, la localisation des gaines dans les faux-plafonds, l’accès à la technicité d’un produit lors d’une maintenance. Le BIM devient donc un objet de gestion pour l’exploitant et assure le transfert du bien entre la phase construction et la phase exploitation. L’assureur disposant d’informations plus précises peut en conséquence adapter le niveau de risque que présente le bâtiment à son contrat.

En conclusion, l’utilisation du BIM pourrait permettre la transmission des données sur le bâtiment entre les acteurs intervenant à tous niveaux du projet immobilier. Il améliorait la communication entre chacun et la connaissance du produit à livrer, de plus les répercutions due à une modification de conception ou un aléa sont plus facilement appréhendés et maîtrisés. Cependant, pour que le BIM soit un outil performant pour chaque intervenant, il convient que chacun assure les mises à jour au cours du temps et dispose de capacités informatiques suffisantes pour en assurer la transmission au prochain intervenant.

Share Button

Risques majeurs du BIM et moyens pour les minimiser

Le logiciel Building Information Modeling (BIM)  est devenu la nouvelle perle du monde de construction permettant de réduire le coût de construction et d’accélérer la réalisation des projets. Il a le potentiel d’éviter les erreurs si l’effort entre les membres de l’équipe est soigneusement examiné et encadré. Logiciel de BIM peut également décomposer et fournir une meilleure compréhension du projet. Lorsqu’elles sont utilisées convenablement, BIM peut réduire le temps de construction, les coûts, et les revendications. Mais, qu’arrivera-t-il quand un BIM n’est pas soigneusement partagé entre tous les membres de la construction?

Communication sur le BIM :

Un point important lors de l’application du BIM comme une partie intégrante de votre projet est la collaboration et l’accès au modèle par tous les intervenants pendant les phases de construction. Ainsi, lorsque les architectes peuvent utiliser BIM pour générer un grand bâtiment tout en réduisant les coûts et le matériel, il doit transmettre cette approche à l’entrepreneur en cours de la conception sinon  des revendications et des problèmes surgiront.

Contrôle du BIM :

Une fois que le BIM a été élaboré et partagé entre les membres du projet, des précautions doivent être prises en considération pour réduire la possibilité de modifications ultérieures ou modifications par des tiers non autorisés. Le risque de changer un modèle BIM est devenu un problème très récurant sur les grands projets de construction puisque plusieurs consultants et entrepreneurs tentent de compléter les changements pour obtenir leur propre bénéfice, sans partager les idées pour l’ensemble du groupe. Ainsi, Un chef d’équipe doit être désigné et sera le seul utilisateur autorisé à modifier le modèle de BIM.

Erreurs de conception BIM :

Qui devrait être le responsable si le bâtiment ne respecte pas les règlements de construction les plus récents? Est-ce la responsabilité de l’entrepreneur ou de l’architecte? Difficile de déterminer le responsable puisque chaque partie a participé à la planification étapes par étapes, aux révisions et à la mise en place du modèle de BIM. Dans certains cas, les questions juridiques pourraient se déclencher par les revendications présentées par l’entrepreneur, en raison de fausses déclarations ou des conceptions erronées. Ces types d’erreurs pourraient engendrer des frais juridiques supplémentaires qui n’étaient pas prévues sur le contrat initial, réduisant ainsi les économies générées par le processus de BIM.

Coûts BIM Construction :

Bien que l’application du BIM sur des projets de construction puisse présenter une idée sur le total des coûts de construction prévu, il pourrait ne pas être réel. En effet, même si BIM  permet d’estimer le coût le plus précis du bâtiment, il ne tiendra pas compte des variations de prix de marché émergents, tels que les métaux, les produits pétroliers dérivés, les prix élevés du gaz ou encore des catastrophes naturelles affectant l’usine du fabricant.

Moyens pour minimiser les risques du BIM :

Pour réduire les erreurs du BIM, Le Chef d’équipe BIM doit être un expert en domaine et les membres de son groupe doivent être en mesure de partager leurs idées. Il doit attribuer des responsabilités spécifiques et limités pour chaque membre. Il faut aussi identifier des entrepreneurs capables de construire en utilisant BIM et discutez avec votre agent d’assurance toutes les questions liées aux problèmes de fautes professionnelles. Aussi, il est conseillé d’utiliser des contrats clairs et précis permettant d’identifier tous les risques possibles.

Prochaine étape BIM :

L’utilisation du BIM est devenue une norme et une exigence pour certaines agences fédérales américaines, Mais est-ce la fin? Non, BIM peut également être utilisé avec le système de livraison de projet intégré pour minimiser les revendications et les problèmes potentiels. Certaines clauses juridiques peuvent être incorporées dans les contrats de construction et de conception et le modèle de management de risque peut également être mis en place pour le BIM.

Share Button