Archives du mot-clé éco conception

Le BIM : Quel impact sur l’environnement ?

L’objectif de cette recherche est d’établir si le BIM a un impact direct sur l’environnement, et si il se préoccupe de l’empreinte écologique lors du cycle de vie d’un bâtiment. Avant d’étudier plus en profondeur l’impact du BIM sur l’environnement, nous devons répondre à la question : qu’est-ce que le BIM ? Il existe de nombreuses définitions, cependant, la plupart d’entre elles complexifient le sujet alors qu’il est en réalité très simple. Polantis, leader mondial de la création de contenu pour CAO et BIM appliqués aux fabricants de matériaux, nous définit le BIM comme étant un verre d’eau : avec un contenu et un contenant. Le verre serait la modélisation en 3D de l’objet, et l’eau toutes les informations rattachées à cet objet ; dimension, nom de la société, normes auxquelles la société est soumise etc. Chaque acteur d’un projet BIM a son propre verre d’eau qui représente la géométrie du produit qu’il propose, et toutes les informations nécessaires à ce produit seront dans l’eau. Ainsi, chaque acteur peut connaître et visualiser en temps réel un produit du projet.

Ainsi, le BIM permet de manière significative un gain de temps (pas de ressaisie, contre 7 en moyenne sur un projet non BIM, information disponible 24h/24 et 7j/7) et de qualité (pas de perte d’information, traçabilité des produits…) et enfin de cout : un chantier utilisant le BIM peut connaître en temps réel son besoin précis en matériaux : On estime à 10% l’économie de matériau sur un projet BIM, il y a donc un impact direct sur l’environnement lors de la construction.

De plus, l’utilisation du BIM dans un projet permet de modéliser rapidement le projet dans sa globalité grâce à l’intervention de tout les acteurs de la construction, et ainsi de connaître l’impact écologique du projet, pour pouvoir réajuster sa conception. Le BIM a donc également un impact direct sur l’environnement lors de la phase de conception.

Enfin, une des problématiques du BIM était d’intégrer l’impact global sur l’environnement d’un projet de construction. Cela est désormais possible avec l’évolution de l’IFC en 2010 (format de fichier utilisé dans le BIM) qui vise a optimiser le calcul de l’impact environnemental d’un bâtiment. Jusqu’à présent, les professionnels utilisaient les métrés du BIM pour évaluer la qualité environnementale à l’aide d’un autre logiciel. Il sera désormais possible d’inclure l’aspect écologique du bâtiment directement dans le BIM à l’aide des nouvelles propriétés qui calculent par exemple :

– Consommation d’énergie primaire utilisée
– Quantité d’eau utilisée
– Consommation d’énergie renouvelable
– Quantité de déchets dangereux générés…

Ainsi, l’évolution de la norme IFC en 2010 permet à tout les utilisateurs du BIM une prise en charge plus efficace de l’impact environnemental d’un projet de construction, de la conception jusqu’au cycle de vie du projet.

En conclusion, le BIM a un impact positif sur l’environnement, de par la rapidité et la précision de sa conception qui permettent un réajustement du projet pour améliorer ses performances énergétiques, de par l’économie de matériaux qu’il permet sur chantier avec la connaissance en temps réel des besoins précis en quantité, et enfin grâce aux dernières version IFC qui incluent directement dans le BIM des propriétés en lien direct avec la consommation et les dépenses énergétiques d’un bâtiment. Le BIM a donc une influence sur l’environnement lors de la phase de conception, de construction et lors du cycle de vie du projet.

Source : http://www.projet-expert.com , Newsletter nº23 « Expertise », www.Polantis.info.com

Share Button

Le BIM : un atout pour le développement durable

            Le développement durable est un enjeu qui devient de plus en plus important dans le domaine du bâtiment. Avec le passage à la RT2012, les réglementations sont plus contraignantes et leurs mises en place dans la conception et la réalisation d’un bâtiment demandent plus d’efforts puisqu’elles font intervenir un grand nombre d’acteurs : architecte, ingénieur structure, thermique, acoustique, mécanique des fluides, … Le BIM, avec ses avantages au niveau de la communication et du partage des données techniques pourrait être un bon moyen pour résoudre ces enjeux.

            Pour rappel, la RT2012 a pour objectif de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50kWhEP/(m2.an) en moyenne. Plusieurs points sont en jeu : limitation de la consommation énergétique, équipements performants, confort en été, conception du bâtiment adaptée (traitement des ponts thermiques, de l’étanchéité, surface minimale vitrée, …). Toutes ces exigences sont assez dures à réaliser.

            Ainsi, le BIM est un atout dès la conception. En effet, les architectes et les bureaux d’étude peuvent intégrer les informations techniques relatives au bâtiment dès le début. Le projet est donc pensé dès le départ en prenant en compte tous les aspects liés au développement durable, il sera donc forcément meilleur et plus performant énergétiquement. Certains points peuvent d’ailleurs être directement calculés, comme l’impact environnemental et la performance énergétique du bâtiment et donc être mieux optimisés.

            C’est également un atout durant la phase de réalisation, tous les acteurs du projet ont accès à toutes les données tout le temps. Ainsi, cela permet un gain précieux de temps, notamment au cas où il y ait une modification par exemple, tout le monde a accès à la dernière mise à jour. Les données utilisées sont également plus fiables, il y a moins de pertes ou de  risques d’erreur. Le BIM est donc un moyen de mieux respecter les normes réglementaires et les performances attendues, car il permet de limiter le risque d’erreur et diminue les pertes de temps.

            Enfin, le BIM peut être un atout, toujours en faveur de l’environnement, après la fin du chantier, durant la phase d’exploitation du bâtiment. Notamment, il permet de mieux accompagner les usagers. Très souvent, pour qu’un bâtiment fonctionne au meilleur de ces performances énergétiques, les usagers ont un véritable rôle à jouer. Le BIM, par le moyen d’internet, peut par exemple permettre de suivre la consommation énergétique de chaque habitant, par rapport aux différentes énergies, chauffage, électricité, eau, … Egalement, les gestionnaires ou propriétaires d’un ouvrage peuvent ainsi mieux maîtriser le budget d’exploitation.

Share Button