Archives du mot-clé exploitation

Le BIM appliqué à l’exploitation des constructions

Le Building Information Modeling est un outil informatisé qui accumule toutes les informations relatives à une structure au sein d’une maquette virtuelle, et qui sert de support aux concepteurs, et aux constructeurs. Mais on peut intégrer une analyse plus vaste sur le cycle de vie du projet au sein à ces informations numériques.

Aux données de volume, de résistance, de thermique ou d’acoustique ; on peut aussi bien ajouter les surfaces spécifiques à telle ou telle activité, ou les calculs de la durée de vie des équipements et des éléments. Ainsi, si les bâtiments ne sont pas encore « intelligents » en eux-même, il existe pour les projets qui sont supportés par ce nouvel outil un avatar ergonomique informatique qui vit au même rythme que ceux-ci.

L’exploitant possède alors une base de données mobile dotée de nombreux avantages. Parmi eux, la capacité d’émettre des alertes liées à des actions d’entretien à effectuer réglementairement ou la visualisation des dépenses énergétiques en temps réel sont des outils de gestion et d’optimisation économique et environnementale dans leur dimension temporelle. Les frais de gestion en sont d’autant diminués : à la clé, la Fédération Française du bâtiment estime les gains à 2,3€ par mètre carré et par an, soit autour de 7% d’économie sur l’entretien d’un parc immobilier.

Mais la condition de mise à jour de tout ce parc virtuel constitue un enjeu pour garantir l’efficacité de ce système. Ainsi la fiabilité de la méthode reste relative à l’attention du gestionnaire et ne doit pas empêcher les vérifications d’entretien directement sur site.

Par ailleurs, cette innovation nécessite un investissement initial non négligeable : le coût de cet outil informatique reste encore alourdi par les firmes novatrices. De plus, le système étant jeune, il n’est pas encore à l’abri de défaillances et n’a pas encore fait ses preuves sur le long terme. On comprend donc que les collectivités soient encore timides face à ces méthodes émergentes.

Mais en dehors de ces contraintes inhérentes à toute forme d’innovation, la méthode souffre en particulier des problèmes de compatibilité entre formats informatiques. Pour un outil qui se veut mobile et interprofessionnel, il faut encore développer un format de documents informatiques stable et qui supporte les transferts entre logiciels différents. De plus, la quantité et la complexité des informations manipulées nécessitent du matériel informatique de bonne qualité et des personnes formées, chez tous les intervenants et tout au long de la vie du bâtiment, jusqu’à sa déconstruction.

Share Button