PME/TPE : La grande marche pour un passage au numérique et au BIM

Aujourd’hui l’utilisation de la maquette numérique et du BIM révolutionne les façons de préparer un chantier et touche tous les acteurs du secteur du bâtiment et par conséquent les entreprises. Si certaines (les grands groupes internationaux) se sont déjà lancées dans des futurs développements et modifications de méthode, ce n’est pas le cas de toutes. En effet les PME (petite et moyenne entreprise) et les TPE (très petites entreprises) sont toujours à l’aube du numérique et ne laisse pas présager une progression de sitôt. Et pour cause : cela a un coût!

Il est prouvé que le passage aux maquettes numériques se promet d’être un processus qualité, gage de performance, permettant un suivi des matières premières et permettant de faire des économies sur le prix d’un chantier par une meilleure organisation en amont de la réalisation or cela ne suffit à convaincre les plus petits artisans. Il apparaît qu’une généralisation au passage au numérique nécessite des investissements en nouveaux équipements ainsi que des formations pour les personnes qui devront les utiliser.

La plupart du temps les nouveaux équipements nécessaires sont des ordinateurs et les logiciels qui vont avec, capables de produire des éléments 3D. Ce type de surinvestissement est évalué entre 8000€ et 15000€ par poste de travail selon CINOV (fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du Conseil, de l’Ingénierie et du Numérique). Cependant les profils et tailles des entreprises qui veulent passer aux maquettes numériques varient et influent donc sur les sommes qu’elles vont devoir dépenser afin de se moderniser et pouvoir les utiliser comme il se doit. Par exemple pour une PME moyenne, une première phase consiste à actualiser les logiciels outil, par exemple passage d’Autocad à ArchiCAD-REVIT-Allplan. Ensuite le passage au BIM se fait avant tout en appliquant la charte du même nom et en structurant mieux les données. Pour un artisan, s’il ne veut pas se ruiner, il est possible de télécharger un viewer gratuit afin de percevoir une modélisation de la maquette et avoir ainsi une vue des détails mais aussi du projet dans son ensemble.

Derrière chaque poste remanié, il faut une personne compétente. Or les professionnels du BTP actuellement en activité n’ont pas reçu de formation à l’utilisation de ces outils. Il y a donc, en ce moment même et pour les années à venir, un nombre incalculable d’acteurs du bâtiment (des architectes aux artisans) qui doivent apprendre comment manier ces logiciels. Ces formations représentent la encore un coût certain et encore trop conséquent pour le moment pour les petites structures.

Le suréquipement et la nécessité d’acquérir de nouvelles connaissances constituent un réel frein pour les PME à passer aux maquettes numérique puis au BIM c’est un fait. Cependant celles-ci vont tôt ou tard y passer avec l’arrivée de personnes qualifiées (sortant du master BIM de l’ESTP par exemple) et la généralisation d’utilisation de ces logiciels sur le marché du BTP.

Source : rapport « mission numérique bâtiment » par Bertrand Delcambre

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*