LE BIM NE DOIT PAS SE LIMITER A UN OUTIL

      De tout temps l’Homme s’est muni d’outils pour avancer, il les a façonné, les a pensé et a vécu à ses côté. On pense que l’homme domine l’outil car il le précède mais des études montrent qu’également : l’outil fait l’Homme. Le BIM est un enjeu majeur aujourd’hui dans la conception des bâtiments. C’est un réel progrès et une chance pour le domaine de la construction. Il est donc légitime de se demander en quelle mesure le BIM risque de façonner le monde de la construction, de sorte que le BIM se place dans l’inconscient et menace l’innovation future.

       Cette capacité de l’Homme à inclure dans sa perception spatiale un objet est admise depuis longtemps. Nécessaire pour l’évolution, cette capacité nous permet de voir l’outil comme un prolongement de nôtre corps, ainsi nous pouvons manger à l’aide de couverts sans se blesser le palais ou la langue car nous prenons conscience de leur présence. L’outil est également reconnu comme un marqueur très riche. En effet la Préhistoire s’organise autour de lui ; les outils les plus complexes et les plus performants concordent avec un Homme de plus en plus « évolué ». La présence d’outils a souvent permis de définir si tel fossile était celui d’un humain ou celui d’un chimpanzé. Á chaque grande culture de la préhistoire correspondait un type d’homme préhistorique avec la certitude que, si l’on trouve des outils en pierre taillée, alors il y avait des hommes. Autrement dit, l’outil était un prolongement de l’Homme.  L’outil faisait donc l’homme. Pour se rapprocher de notre temps on peut prendre l’exemple des artistes qui questionnent sans cesse l’outil académique pour rappeler à quel point il conditionne l’œuvre. Ainsi les œuvres de peintres contemporains réalisées sans autres outils que leurs corps permettent de rappeler le déterminisme que possède l’outil (ici le pinceau) sur le résultat final. L’exemple d’Autocad est également important ; selon de nombreux théoriciens d’architecture ce logiciels à bridé la liberté du plan au détriment d’une orthogonalité automatique que serait un nonchoix, une simple facilité.

      Pour revenir sur le BIM, il serait donc dangereux de le considérer comme un simple outil au vu des exemples précédents. Le BIM a pour ambition de ne pas se limiter à un outil de conception, c’est surtout un outil de gestion de projet piloté par un BIM Manager qui va offrir des nouveaux horizons aux entreprises. Les chantiers se doivent de monter en complexité pour englober de plus en plus de contraintes qu’elles soient techniques, environnementale, etc. Ainsi beaucoup de travaux sont interdépendants et on ne peut plus se permettre de raisonner exclusivement en 2D de façon séquentiel. Le BIM c’est principalement une interface d’échanges numériques où les différents intervenants se côtoient pour coordonner le projet au mieux. Il a pour vocation d’enrichir les possibles et faciliter le dialogue et la compréhension. Il faut cependant être vigilant dans le pilotage du projet pour que le BIM ne se limite pas à un outil de conception qui déterminerait trop fortement le résultat final.

Mot clefs : BIM, Homme, liberté, innovation, danger, outil.

Share Button

2 réflexions sur “ LE BIM NE DOIT PAS SE LIMITER A UN OUTIL ”

  1. La liaison entre homme et ses outils est donnée avec un recul agréable. en revanche, au même titre que les différents outils cités dans ton article, l’homme peut-il utilisé le BIM qu’au seul but de communiquer plus facilement, et optimiser la conception? Il peut être dangereux de confier des outils à l’homme malgré qu’il soit l’auteur de sa conception. Nous entrons déjà actuellement dans une ère d’industrialisation de la construction, ceci laisse-t-il encore suffisamment de place à l’oeuvre d ‘un architecte audacieux?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*