L’investissement dans la démarche BIM

Pouvant se définir par ces termes : Bâtiment et Informations Modélisés, le champ d’application du BIM ne peut se résumer seulement à un simple outil. Il peut prendre la forme d’un logiciel, d’une base de données, d’un processus collaboratif et d’une méthode de Management. Aujourd’hui 82% des professionnels du BTP le considère comme l’avenir du bâtiment. Cependant, une enquête menée par Le Moniteur révèle que l’investissement dans la démarche BIM est considéré comme un frein par 42% de ses lecteurs. Se donner les moyens de développer une stratégie BIM dans le business plan est-il réservé aux plus grandes des entreprises de la construction?

 Kléber Daudin qui travaille avec la suite Building Design d’Autodesk, estime l’investissement initial à 25 000 € par utilisateur comprenant l’achat de la machine, la suite logicielle, la formation du personnel auxquels viennent s’ajouter les renouvellements de licence annuels d’un montant de 1000 € environ. Si ces chiffres peuvent paraître excessifs, il est nécessaire de rappeler les avantages du BIM IFC –Industry Foundation Classes : Format d’échange destiné à l’interopérabilité – : le gain de temps sur chantier grâce à la mise à disposition d’une base commune de données à l’ensemble des acteurs de la construction, l’amélioration de la qualité des ouvrages, le renforcement de l’image de l’entreprise en se démarquant des concurrents, de plus l’utilisation du BIM pourrait réduire les coût de non-qualité et le coût de l’assurance avec une meilleure prise en compte des risques pendant l’exploitation du bâtiment par exemple. Par ailleurs, la société Autodesk affirme que la maquette numérique permet l’innovation créatrice de valeur ajoutée si elle s’inscrit dans une vision globale de l’entreprise et si elle est distincte de la R&D et de l’IT. Plus prospectivement, La FFB -Fédération Française du Bâtiment – souhaite rendre accessible la maquette numérique à moindre coût aux PME et aux artisans et ainsi leur permettre de rentabiliser plus facilement leur investissement. Quant aux rédacteurs du rapport Plan Bâtiment Durable Pierre Mit et Franck Hovorka, ils souhaitent rendre utilisable la maquette numérique pour les travaux d’ouvrages neufs ou de rénovation et la modifier pendant tout le cycle de vie du bâtiment : de la conception à l’exploitation. Ils souhaiteraient également qu’une étude économique soit menée pour mesurer précisément l’impact du BIM sur le coût global du bâtiment.

 En définitive, le BIM marquera grandement l’ère du bâtiment. A l’horizon 2017, il est d’ailleurs prévu que la maquette numérique devienne obligatoire pour la gestion des équipements de L’Etat. Le coût de l’investissement BIM sera certainement compensé par une véritable valeur ajoutée des entreprises et un gain de temps indiscutable. Le BIM, secteur récent et prometteur du BTP, se prête à de nombreuses réflexions notamment en ce qui concerne la confidentialité des données avec la propriété intellectuelle des architectes ou bien encore l’interopérabilité grâce au format IFC.

 Sources :

  • Autodesk : A framework for implementing a BIM business transformation.
  • Batiweb : Bâtiment  2.0 : la  FFB fait de la maquette numérique une priorité
  • Le Moniteur : Faire basculer le bâtiment dans le BIM
  • Le Moniteur : Le  BIM c’est maintenant
  • MediaConstruct : Entreprises du bâtiment
  • Objectif BIM : Le BIM Manager
Share Button

2 réflexions sur “ L’investissement dans la démarche BIM ”

  1. L’objectif est donc de rentabiliser l’investissement du BIM avec les avantages qu’il apporte en termes de planification et enchaînement des différentes étapes en phase construction ? C’est concrètement possible ou pas ?

    1. Exactement, mais aussi et surtout par la grande qualité qu’apporte cette démarche.
      Pour le moment, aucune étude économique complète sur les revenus que peuvent engendrer le BIM n’a été terminée.
      Il est encore difficile de dire si le BIM est accessible pour les PME du BTP, mais si les PME souhaitent l’intégrer, la démarche devra s’inscrire dans un projet global de l’entreprise. De plus, la FFB souhaite rendre le BIM plus accessible.
      Affaire à suivre donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*