Constructibilité et BIM

Les innovations technologiques permettent de développer et d’optimiser les secteurs d’activités. Mais le secteur de la construction a faiblement évolué technologiquement ces trente dernières années. La situation économique actuelle de la France fait que les prix de la construction sont tirés vers le bas. Ce secteur ne peut plus continuer à se baser sur les méthodes employées jusqu’à présent. Il doit évoluer techniquement afin de réduire ses coûts.

Un moyen communément utilisé afin de diminuer les prix de construction est de réduire la marge qui est déjà très faible (environ de 1%). Cette solution n’est pas viable. Il faut donc construire plus efficacement et plus durablement en intégrant tous les acteurs des différentes étapes du projet afin de résoudre la problématique de constructibilité. La solution pourrait être l’utilisation du Building Information Model (BIM), ou modélisation des données du bâtiment en français, sur tous les chantiers. Cette solution innovante permettrait de mettre en relation les intervenants d’un projet, de mieux définir les besoins du client et ainsi de réduire les coûts.

Une des caractéristiques du secteur de la construction est qu’il existe trois intervenants différents : la maitrise d’ouvrage, la maitrise d’œuvre et la réalisation. La maitrise d’ouvrage est à l’origine du projet ; c’est elle qui définit le cahier des charges. Puis la maitrise d’œuvre, constituée d’architectes, va analyser les besoins et dessiner l’ouvrage. Enfin la réalisation va déterminer les charges et réaliser la construction.

Ces parties ont chacune leur méthode de travail, leur façon de penser et quelques fois même une vision du projet différente qui se traduit donc par des différences d’objectifs. En utilisant le BIM, toutes ces parties ont accès à un même modèle 3D, il est donc plus aisé de visualiser l’ensemble du projet en fonction des objectifs de chacun. Les changements dus à une des parties peuvent alors être facilement intégrés au projet et les impacts de ces changements peuvent être visualisés. Un langage commun peut alors être instauré entre les parties et de ce fait, la communication entre elles en est améliorée. Il en résulte donc une meilleure adhésion à l’ensemble du projet, les parties se sentent alors plus impliquées dans l’aventure qu’est la réalisation d’un bâtiment ou d’une structure. Le clivage séparant ces trois parties est alors moins prononcé. L’analyse de l’ensemble des caractéristiques du projet est alors meilleure car tous les aspects des différents niveaux de point de vue sont pris en considération.

En améliorant cette collaboration entre les parties par l’intermédiaire d’un moyen technologique qu’est le BIM, les gaspillages très présents dans la construction peuvent être réduits. Grâce à ce modèle centralisé, les intervenants peuvent se rendre compte en temps réel de ce qui ne leur convient pas avant que le projet ne soit trop avancé pour être modifié. Les changements de dernières minutes seront ainsi évités et il y aura moins de surcoûts dus à la non qualité et à la non communication à temps des données. De plus les gaspillages tels que la non-conformité au cahier des charges et la mauvaise synthèse peuvent être évités. Il en résulte donc des coûts de construction plus faibles.

Le BIM est un outil actuel qui permettrait de mieux coordonner les différents acteurs et donc réduire les coûts. On se rend compte de l’impact positif que cela peut avoir, quand on sait que les coûts de non-valeur ajoutée représentent 30% du prix technique. Le BIM permettrait de récupérer une partie de ce prix de non-valeur ajoutée et ainsi augmenter la marge des entreprises. En utilisant ce nouveau moyen technologique, la constructibilité en sera améliorée, le secteur de la construction sera plus efficace, plus rentable et les temps de réalisation seront plus courts.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*