Tous les articles par chekhar

Le BIM au service de l’organisation

Comment utiliser le BIM pour l’organisation d’un chantier et quelles sont ses limites?

De nos jours, l’organisation d’un chantier devient de plus en plus importante et complexe à mettre en place de sa base, c’est-à-dire la conception, à sa finalité, c’est-à-dire les levées de réserves.
Les différents logiciels du BIM peuvent à l’heure actuelle nous aider pour cela alors que d’autres sont à développer dans un futur proche afin d’optimiser la réalisation. Nous allons démontrer ici que l’on peut en utiliser certains alors que des perspectivesd’avenir s’ouvrent pour que l’utilisation du BIM se généralise.
Tout d’abord, une multitude de logiciels du BIM sont actuellement sur le marché. D’un simple logiciel de modélisation 3D comme Autocad 3D à un logiciel encore plus complet qui permet une modélisation 5D(qui prenden compte l’ordonnancement de la construction ainsi que sont coût) comme Navisworks de chez Autodesk.Ces logiciels permettent alors de faciliter la conception des projets , la simulation et la visualisation de l’ouvrage fini ou
en cours de construction. On peut alors construire avant de construire comme le dit le slogan du BIM Manager de Bouygues TP. Cette possibilité de « construire avant de construire » procure un avantage certain d’organisation car l’on sait à l’avance à quoi l’ouvrage ressemblera et on peut donc s’apercevoir en amont des possibles problèmes qui peuvent apparaitre lors de la construction.
À première vue, il paraît alors que le BIM apparaît comme la solution miracle pour faire avancer les chantiers plus rapidement et plus surement en réfléchissant en amont afin d’éviter les problèmes de conception et d’appréhender les phases critiques de la construction pour les optimiser. On retrouve là du BIM au service de
l’organisation d’un chantier et on peut alors se poser la question de l’amplitude de son utilisation. En effet, le BIM est encore trop peu utilisé, sauf pour les grands projets, dans le domaine du BTP.
Mais pourquoi ?
Les réponses à cette question sur l’amplitude de l’utilisation du BIM sont, pour certaines, simple à trouver.
La toute première réponse est que le BIM coûte cher car les logiciels ne sont pas interopérables entre eux. Une entreprise utilisant le BIM doit donc avoir l’ensemble des logiciels utilisés ainsi qu’un BIM Manager, en général un Ingénieur, qui compile et fait la synthèse des différents plans 3D. Ce problème d’interopérabilité est également la
source d’une seconde réponse à la question de l’amplitude d’utilisation. En effet, il est encore assez difficile de travailler en collaboration entre les entreprises et la maitrise d’oeuvre mais l’invention du format IFC nous donne des meilleures perspectives d’avenir. Une troisième réponse réside sur le fait que la majorité des acteurs actuels du BTP sont satisfait des méthodes actuelles et des plans 2D et ne veulent donc pas changer leurs habitudes alors
que sa pourrait leur être bénéfiques.

En conclusion, le BIM et ses logiciels sont actuellement bien adaptés pour la conception des ouvrages afin de se mettre au service de l’organisation du chantier mais il mérite encore d’être développé pour une utilisation plus massive en phase chantier et en phase             « levées de réserves » afin de rendre les outils plus collaboratifs entre les différents intervenants en permettant de voir , par exemple , les défauts en direct sur une maquette numérique en ligne.

Share Button