Tous les articles par Alexandra Garcia

BIM pour le suivi de chantier de construction

Le BIM, méthode de gestion de projet, est un sujet d’actualité dans le monde du bâtiment français. Il est présenté entre autre comme le moyen de résoudre dès la conception des erreurs de chantier et de maitriser les coûts et les plannings. Beaucoup d’articles présentent des projets architecturaux réalisés en BIM en exposant les bienfaits de la maquette numérique 3D et des informations qu’elle peut transmettre. Mais qu’en est-il réellement du BIM au niveau du suivi de chantier ?

Plusieurs outils sont présentés sur le web comme des outils de suivi de chantier, notamment la tablette numérique tactile. Aujourd’hui cet outil connecté, équipé de camera arrière et de capteurs d’inclinaison et d’orientation, semble être l’élément incontournable des majors du BTP sur le chantier. Facilement transportable, elle propose des fonctions de vérifications des ouvrages réalisés et de communication permanente entre l’équipe de conception et de réalisation.

A mon sens ce qui fait de cet outil une réelle avancée dans le suivi de chantier n’est pas l’action c’est-à-dire prendre une photo, l’annoter et l’envoyer par mail à l’équipe de projet mais sa connexion. Via internet et son géo positionnement il est plus aisé au conducteur de travaux ou chef de chantier de se repérer dans l’espace, de visualiser instantanément les problèmes annotés sur un plan, ou éventuellement les problèmes constatés, et de les communiquer par un chat ou mail accompagné d’un niveau d’urgence. Le conducteur ou le chef de chantier se focalise instantanément sur le chantier à l’aide la maquette numérique intelligente.

Dans le livre BIM & BTP / construire avec la maquette numérique, l’auteur Valente Clément va plus loin dans l’usage de la tablette. Dans un futur proche il imagine la possibilité de superposer à travers la tablette numérique connectée la partie réalisée sur le chantier à celle conçue virtuellement sur la maquette 3D. De là, le conducteur ou  le chef de chantier pourra constater en direct une erreur de réalisation ou une erreur de conception. Quel en serait vraiment l’utilité technique sans parler de prouesses technologiques ?

Un autre outil de suivi de chantier, tel que le scanner 3D, permet de contrôler la partie réalisée par rapport à la maquette numérique. Il semble aujourd’hui incontournable avec son géo référencement et son nuage de points car il permet de vérifier facilement l’implantation de poteaux, murs, etc…d’un bâtiment par rapport à la maquette. En fait le scanner 3D semble être un outil omniprésent dans un projet. Non seulement il est la base d’un projet architectural car il réalise un relevé du site en 3D mais aussi il trouve toute son utilité dans la phase chantier comme nous l’a fait remarquer Ahmed Ryad Sbartaï, BIM manager/ VDC manager, dans une conférence à l’ENPC le 9 mars 2016. Pour moi, à court terme son utilisation sera banalisée.

Les fabricants commencent à concevoir des machines portatives tout en améliorant le niveau de définition. Cela ressemble fortement au phénomène de l’appareil photo numérique ou tout simplement au phénomène du téléphone portable : plus petit, plus connecté, plus intuitif avec un niveau de précision plus important et toujours plus d’applications.

Précédemment nous avons évoqué les applications disponibles sur la tablette numérique tactile pour suivre un chantier mais n’oublions pas de citer les logiciels de 4D et 5D disponibles sur matériels informatiques. Ils permettent de vérifier le planning, la sécurité et le coût en phase étude mais aussi en phase chantier.

Ces logiciels, d’un premier abord commercial car ils mettent en situation de réalisation le bâtiment, présentent une réelle utilité. Pour la maitrise d’œuvre ils permettent de vérifier que le chantier est cohérent ou non avec ce qui a été étudié. Pour l’entreprise, ils permettent de commander les matériaux nécessaires à la réalisation en bonne quantité, au bon moment tout en vérifiant la rentabilité ou non du chantier.

En conclusion un chantier BIM est un chantier connecté qui permet de gagner en efficacité humaine, en temps au niveau de la réalisation, en agent au niveau des coûts de construction, …. Il est en mode accéléré où doit régner organisation, réactivité, …. qui sont incitées par la connexion. Mais qu’en est-il de l’interopérabilité entre tous ces logiciels et applications ?

Share Button